vendredi 5 juin 2020

La passion, les faits, et les nécessités. Vraiment ?


Nous avons pris connaissance du communiqué du club, publié ce vendredi 5 juin. Tâchons d’y répondre de manière simple et factuelle.





« Nous voulons rétablir la vérité des faits, dans leur simplicité afin d’éviter les polémiques inutiles et injustifiées. »

Tout au long de la semaine du 11 mai, nous avons rendu publics des enregistrements dans lesquels vous accumuliez les mensonges. Alors que ces affabulations étaient toutes démontées les unes après les autres, vous n’avez pas jugé utile de communiquer et de présenter des excuses publiques. Vous avez maintenu M. Thiodet à son poste, sans même vous soucier un instant des personnes qu’il avait pu blesser dans leur chair: des journalistes aux anciens joueurs en passant par les Marine & Blanc IDF, sans parler évidemment de notre association, de ses membres, et de l’ensemble des supporters girondins. La liste est , bien entendu, non exhaustive.


« La direction des Girondins de Bordeaux, sous l’autorité de son Président, Frédéric Longuépée, est entièrement consacrée au succès sportif du club, à sa pérennité, à ses équilibres tant au plan humain qu’économique »

« Sous l’autorité de Frédéric Longuépée ». Rappel intéressant. 
Intéressant également que vous parliez du sportif, vous qui n’y connaissez visiblement pas grand-chose. Quant à l’équilibre humain, parlez-en aux dizaines de salarié.e.s qui vous attaquent aux prud’hommes. Pouvez-vous d’ailleurs nous confirmer le nombre de procédures lancées, il paraît que nous approchons des 3 chiffres. 


« Les 24.000 spectateurs en moyenne venant assister aux matchs au Matmut Atlantique »

(rires)


« Prétendre que le club voudrait se séparer de lui (David Lafarge) est un mensonge, et une malveillance commise à son encontre »

Oser prétendre que nos agissements affectent David Lafarge est plutôt osé : rappelons que vous tentez de le placardiser depuis plusieurs mois, ce qui nous a valu des accrochages verbaux avec vous, du temps où nous nous parlions. Si M. Lafarge a été en arrêt pendant plusieurs mois, ce n’est certainement pas de notre fait, ni de celui du coronavirus.



« Dans ce domaine David Lafarge a fait un travail remarquable »

C’est pour cela que M. Longuépée lui a notifié un avertissement au mois de novembre dernier ?
 


« David a toute sa place parmi nous »

Dans ce cas, pourquoi avoir d’ores-et-déjà présenté son successeur, M. Poupard, en préfecture ?


« L’histoire des Girondins est ancienne, elle participe à la fierté de Bordeaux, de la région et de ses habitants. Nul ne peut s’approprier seul cette histoire »

Exact, et surtout pas vous. 


« Mais il n’est pas acceptable qu’une partie d’entre eux utilise le mensonge et la calomnie pour un objectif obscur mettant en danger l’avenir du club dans un temps réclamant la solidarité »

«  Mensonges et calomnies », c’était d’ailleurs le titre de notre premier leak. Manquez-vous à ce point de vocabulaire ? Cette phrase ressemble trait pour trait à un communiqué Ultramarines. Nous vous la retournons donc. 


« La ville de Bordeaux et les spectateurs venant applaudir leur équipe valent mieux que ce débat, ce déballage parfois, indigne de notre histoire »
 
C’est parce-que la ville de Bordeaux mérite mieux que vous donnez une fin de non-recevoir aux demandes de son maire, dans des termes plutôt grossiers ? Évoquer l’histoire du club sans en connaître une ligne, figure de style intéressante. 


Sous l’autorité de Frédéric Longuépée, les Girondins de Bordeaux entendent, plus que jamais, être un acteur de la vie municipale et régionale.

« Sous l’autorité de Frédéric Longuépée », bis. Cela commence à se voir. 


« Le club, ses joueurs, ses équipes, sa direction sont entièrement dévoués au rayonnement de Bordeaux et de sa région »

Nous, c’est les Girondins. Bordeaux c’est la ville, et vous ne faites pas partie des élus locaux, à notre connaissance. Restez à votre place. Enfin non, quittez-là. 


« Dans le respect de chacun, au service de cette ambition, il est grand temps de mettre fin aux polémiques qui ne servent que les adversaires du club ».

Que vous osiez parler de respect, c’est osé. De « polémiques », encore plus. Nous ne sommes pas les adversaires des Girondins de Bordeaux, en revanche, nous vous considérons comme tel.

La passion : ce sont les supporters

Les faits : vous êtes des (piètres) menteurs

Les nécessités : partez

PS : et remplacez votre communicant, c’est une catastrophe à tous les niveaux.